Mémé dans les orties

Aurélie VALOGNES

Résumé : Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie … jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.
Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

Que les personnages sont donc attachants dans ce roman ! C’est, sans aucun doute, son point fort ! Ils sont tous entiers. Ferdinand, le protagoniste principal est arrogant, aigri par la vie, mais tellement attrayant. Il est entouré de la concierge, de grand-mère Béatrice, et de la petite Juliette. Les péripéties s’enchaînent, donnant du contenu et du rythme. “Rafraîchissant” est le qualificatif adéquat pour cette histoire banale et bon enfant. Le lecteur entre dans la solitude et dans la vision du monde extérieur d’une personne âgée. 

C’est le livre idéal sur la plage, ou à la suite d’un thriller psychologique éprouvant. Avec son titre accrocheur et son scénario inédit, « Mémé dans les orties » ne laisse pas indifférent. Un petit bijou et une plume à surveiller.

Ce n’est pas que Ferdinand soit radin mais il s’économise. En argent comme en sentiments. Et les enfants, à moins d’en faire douze comme dans le tiers-monde et de les mettre au boulot, ça coûte plus cher que ça ne rapporte !

page 76
PocheSortie en Mars 2016Le Livre de Poche264 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *