La nuit d’avant

Wendy WALKER

Laura a toujours eu des relations amoureuses compliquées. Maintenant qu’elle a retrouvé une stabilité en vivant chez sa sœur, elle se décide à s’inscrire sur un site de rencontre. Elle a rendez-vous avec Jonathan qui, du haut de ses 40 ans et de sa BMW, il semble être l’homme idéal. Laura devait rentrer chez sa sœur Rosie juste après son dîner aux chandelles, mais elle ne rentrera pas. Le lendemain matin, toujours aucun signe d’elle. Sa sœur part alors à sa recherche. 

Les chapitres alternent entre la vision et Laura durant son rendez-vous ainsi que celui de sa sœur qui part à sa recherche, apportant du rythme à ma lecture. Quelques chapitres sont aussi de courts extraits des entretiens de Laura avec son psychologue, mettant en doute les propos de la jeune femme. Comme à son habitude, Wendy Walker a su me faire tourner la tête à plusieurs reprises. Les gentils et les méchants se confondent, les fausses pistes nous trompent en beauté ! Je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer une dizaine de fins possibles tout au long de ma lecture. Il y a peu de personnages, rendant la lecture compréhensible facilement. J’ai beaucoup apprécié aussi le côté enquête menée par la sœur de Laura. La recherche de Jonathan sur les réseaux ainsi que le questionnement de ses anciennes prétendantes donne une vraie force au récit. 

De quelle façon d’anciennes relations sentimentales peuvent-elles marquer à vie notre mémoire ? C’est sur ce sujet que l’auteure nous attire avec ce roman. 

Malgré tout, l’écriture reste simple et manque de profondeur. La succession de dialogues est très présente et laisse peu de temps à l’attachement des personnages. 

Je préfère toujours son premier roman “Tout n’est pas perdu” dans lequel le côté vicieux était omniprésent et faisait tout l’intérêt du roman. Même si j’ai passé un bon moment avec ce livre, il ne m’a pas surpris autant que le premier de cette auteure. Saura-t-elle faire mieux que son premier ?

BrochéSortie en Juin 2020Sonatine éditions352 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La mélancolie du kangourou

9 décembre 2020