Bilbo le Hobbit

J.R.R. TOLKIEN

Bilbo, douze nains et Gandalf le magicien se dirigent vers une montagne, gardée par un dragon. Leur but ? Retrouver un trésor caché dans une ancienne ville fondée par les nains. 

Thorïn était bien, évidement, le petit-fils du Roi sous la Montagne, et nul ne saurait dire ce qu’un nain peut oser et accomplir quand il s’agit de se venger ou de recouvrer ses biens.

page 254

Tolkien reste fidèle à lui même avec un univers fantasy qui fait partie des plus riches, des plus travaillés et des plus denses. De ce que j’ai pu entendre, son écriture n’est pas des plus faciles. Rien de mieux pour se familiariser avec la plume de l’auteur que de commencer par le livre du Hobbit, écrit à l’origine pour les enfants de l’auteur.

Les descriptions, longues mais accessibles, ainsi que deux cartes, permettent, non seulement une bonne compréhension de cet espace, mais aussi de suivre la progression des héros. 

Les péripéties s’enchaînent, les mauvaises rencontres aussi. L’attachement aux personnages grandit au fur et à mesure de la progression du récit. 

Un excellent moment de détente et d’évasion, loin du quotidien, pour oublier le confinement. 

Je recommande ce récit aux amateurs de fantaisie. J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver ce charmant personnage de Bilbo que j’ai apprécié déjà dans la trilogie des films du même nom.

Sa rage passe toute description – c’était le genre de rage des gens riches qui, possèdent bien plus que ce dont ils peuvent jouir, perdant soudain ce qu’ils avaient depuis longtemps sans jamais s’en servir ou sans en avoir jamais eu besoin. Il vomit son feu, la salle fuma, il secoua le cœur de la Montagne.

page 274
PocheSortie en Juin 2007Le Livre de Poche371 pages

Quatrième de couverture : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n’aime pas être dérangé quand il est à table. L’aventure tombe chez lui comme la foudre : un magicien et treize nains barbus viennent lui parler de trésor, de dragon et d’expédition périlleuse au-delà des montagnes. Le miracle, c’est qu’il les suivra et qu’il affrontera tous les dangers sans jamais perdre son humour, même s’il tremble plus d’une fois. Il récupérera de justesse son home douillet et son pot à tabac, comblant ses neveux de cadeaux et se souciant peu d’être jugé bizarre par les gens qui ne comprendront rien à son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *