L’expérience de la pluie

Clélie AVIT


Camille élève seule son fils Arthur, six ans. Ils sont tous les deux diagnostiqués “syndrome d’Asperger”, c’est-à-dire autistes hypersensibles. Un jour, Aurélien les croisent dans le bus, en rentrant du travail. Intrigué par cette relation mère-fils peu commune, il aimerait rentrer en contact avec eux, mais comment faire ?

Ce jour-là, dans le bus, elle m’a parlé, m’a écouté. Nos deux mondes se sont croisés le temps de quelques arrêts. J’ai cru comme un idiot qu’ils pourraient nous réunir de nouveau, mais je ne suis qu’un égoïste cherchant un moment de bonheur au milieu de mes journées sombres.

page 110

C’est un roman à deux voix. L’alternance de narration entre Aurélien et Camille apporte deux points de vue. Camille et Arthur ont une vision du monde très différente de la nôtre. Aurélien va devoir apprendre à les comprendre.

Des opposés qui s’attirent ? C’est bien plus que cela. L’immersion dans cette hypersensibilité sensorielle est réussie !
Doucement, le lecteur entre dans cette idylle particulière, dans cette bulle. Il est impératif de se sensibiliser à l’autre, avant de vouloir entrer dans sa vie. La tolérance est le maître mot de ce roman. Et Aurélien le symbolise à la perfection.

Relations avec l’extérieur, nouvelles expériences, tout y est, avec cette pointe de poésie et de tendresse.

Avec ce roman, Clélie AVIT traite le syndrome d’Asperger avec délicatesse ; le coeur devient une “guimauve”.
La prochaine fois que je me retrouve sous une averse je ne vivrais pas cette “expérience de la pluie” de la même façon. Une belle leçon de tolérance.

Le meilleur moyen pour un autiste d’oublier un événement : faire comme s’il n’avait jamais eu lieu. Si c’était une caractéristique de notre genre, il y aurait une incroyable quantité d’autistes sur la planète. Ma définition refait alors surface.
“Autistes : ceux que les autres ne comprennent pas, alors que nous comprenons les autres.”
J’ai toujours rêvé de la renverser.

page 131
BrochéSortie en Mars 2019Editions PLON320 pages

Quatrième de couverture : Camille et Arthur, son fils de six ans, sont tous les deux autistes. Ils vivent à l’abri du monde, de son bruit et de ses violences, dans une bulle que Camille a spécialement créée pour eux. Un soir, en sortant du bureau, Aurélien croise leur route. Dans son quotidien désabusé, il entrevoit dans leur relation ce  » vrai  » qui lui manque tant et qui semblait hier encore inatteignable. Mais comment approcher ce couple mère-fils fusionnel sans briser leur fragile équilibre ?

Rencontre avec l’auteure à la fête du livre de Saint-Etienne en Octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *