Noir canicule

Christian CHAVASSIEUX

Le lecteur passe une journée en compagnie de Lily. Lily est chauffeuse de taxi, chargée de conduire Marie & Henri (un couple de paysans), à Nice. Pendant ce trajet, le lecteur participe aux aventures des différents personnages qui occupent la vie de Lily : son ex-mari, ses deux filles, ainsi que Bastien, le fils de ses clients.

Henri s’était senti trahi. Bien sûr, la mort entrait en contact, signé à la naissance, mais pas l’agonie douloureuse, indélicate, impolie, juchée sur les genoux, qui caresse et poignarde.

page 52

La voiture est le huis-clos du récit. Le trajet se déroule sous la canicule. Et dans cette chaleur épaisse, lourde et pesante, les révélations se font. Sous des apparences ordinaires, les personnages sont presque “machiavéliques”.

La lecture est fluide, les changements de situation sont très bien réalisés et apporte du rythme au récit. La plume est belle, les descriptions sont à couper le souffle pour certaines nous obligeant parfois à relire le paragraphe pour souligner à quel point elles sont remarquables. L’auteur ayant déjà écrit des poésies, sa facilité à accorder les mots entre eux s’en ressent d’autant plus.

Comment l’adultère peut-il provoquer un tel mal-être, une telle souffrance ? Comment peut-il donner des idées de meurtre ? Sans violence, ni bain de sang, l’irréparable se dessine pourtant. La quatrième de couverture dévoile juste le nécessaire.

Merci à Babelio pour cette opération Masse Critique ainsi qu’aux éditions Phébus pour leur confiance.

Désormais, les spectres parfumés s’évanouissaient vite, leur trace ténue n’était perceptible qu’avec l’effort conjugué des images et de la pensée. Une certaine forme d’amour lui semblait perdue et interdite à jamais.

page 173
BrochéSortie en Mars 2020Editions Phébus192 pages

Quatrième : Nous sommes en 2003. Lily est taxi. Elle accompagne un couple de vieux agriculteurs sur la route de Cannes, en pleine fournaise. Et si la canicule se prolongeait indéfiniment ? Sur l’autoroute, les bolides klaxonnent de loin, fusillent le rétroviseur d’appels de phare et passent en trombe. À mesure que la température monte, les personnages se dévoilent, entre amour et violence. Lily songe à sa plus grande fille, Jessica, que l’adolescence expose aux premières déconvenues sentimentales. À son ex-mari, qui l’a quittée pour une femme plus jeune. À leurs anciens jeux érotiques… Il y a quelque chose de pourri dans l’atmosphère. La vie semble se résumer à une peur de souffrir. Et le lecteur est loin d’imaginer ce qui l’attend…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santa Muerte

8 mars 2020