Les refuges

Jérôme LOUBRY

Résumé : Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Ce thriller se décompose en 3 parties.

Première partie : Suzanne décède. Sa petite fille, Sandrine, est chargée de vider sa  maison, située sur une île. En se rendant sur les lieux, Sandrine va faire connaissance des habitants, et découvrir les secrets d’une malédiction. Le récit alterne le passé de 1949, avec le présent de 1986. L’histoire se met progressivement en place. Le lecteur essaie de mettre en place  les pièces du puzzle, et guette le moindre indice pour trouver la solution de l’énigme ! Quand tout à coup …

Parce que les enfants sont ce qu’il y a de plus précieux, lui expliqua-t-elle avec enthousiasme, ils sont à la fois notre futur et notre passé. Tout l’équilibre et le bien-être de l’Univers proviennent de leur bonheur, ce bonheur que les nazis ont essayés de détruire.

page 114

2019. Et là … rien ne va plus. Pour citer la quatrième (qui en dit trop selon moi) : Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien… 
L’auteur renverse tous les codes qui sont courants dans les thrillers et devinez quoi ? Et bien ça fait du bien ! J’étais habituée aux récits dont l’intrigue était dévoilée à la fin (souvent par le méchant d’ailleurs), ici il n’en est rien. Les réponses à nos interrogations nous sont dévoilées au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête. Tout se chamboule dans ma tête, chaque chapitre contient une révélation supplémentaire, on a clairement pas le temps de s’ennuyer tellement les actions s’enchaînent rapidement. La plume franche de l’auteur colle parfaitement au déroulé, les chapitres courts nous tiennent en haleine. Le changement de protagoniste est fluide, léger et accentue parfaitement le retournement de situation.

Les personnages sont tellement réalistes et profonds, surtout Sandrine, parfaite dans son rôle, et aussi Véronique la psychologue. C’est cette dernière que j’ai sans doute le plus apprécié. Chacune de ses interventions est intéressante, justifiée et apporte du concret à l’histoire. Malgré le fait qu’elle se soit « que » personnage secondaire, elle est quand même mise sur le devant de la scène lorsqu’elle entre en jeu. On sent que l’auteur c’est bien renseigné sur ce thème psychologique avant d’en faire un récit qui l’aborde. Seule petit reproche : j’aurais aimé que le personnage de Damien ait un peu plus de caractère, je l’ai trouvé trop simple, surtout vu son importance dans le récit. Je l’ai même trouvé dépourvu d’émotions à la fin du livre.

Et la psychiatre se demanda avec inquiétude quel autre monstre avait subitement repoussé Sandrine dans son ancien refuge.

page 281

La troisième et dernière partie a finit de m’achever ! Vous comprendrez pourquoi en le lisant, pas besoin d’en dire plus ici.

Jérôme Loubry transporte le lecteur dans SON univers et a su bouleverser les codes habituels des thrillers. Il y apporte du neuf et de l’originalité. La  complexité du récit, les personnages poignants et habilement développés sont extraordinaires. Le lecteur n’est plus simplement passif, il doit savoir assembler correctement toutes les pièces du puzzle, au fur et à mesure des rebondissements. A avoir dans sa bibliothèque, foncez sans vous retourner !

A quel moment devient-on un monstre mamie ?
Est-ce par lâcheté ? Par instinct de survie ? Par amour ?
J’ignore pourquoi on le devient.
Mais je sais à quel moment j’ai revêtue la cape sombre et brumeuse du Roi des Aulnes

page 304
BrochéSortie en Septembre 2019Editions Calmann-Lévy395 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au plus près de nos pas

9 février 2020