Le sorceleur

Andrzej SAPKOWSKI

Sorceleur, Tome 1 : Le dernier vœu

Résumé : Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C est un Sorceleur. Il est unique.Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d’un jour, amours d’une nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue…

Ces livres m’ont été recommandés.
Je ne connais pas les jeux vidéos qui découlent de cette même saga, mais j’ai souhaité lire le “Sorceleur” pour découvrir un univers différent et atypique.
L’aventure est découpée en nouvelles, qui précisent davantage les personnages et l’environnement. On y découvre toutes sortes de créatures, plus effrayantes les unes que les autres. J’aurai aimé une histoire de fond ou une quête principale, ponctuées de péripéties. Certaines nouvelles n’ont que peu d’intérêt par rapport à d’autres, beaucoup plus travaillés.
L’écriture et la traduction sont très bien réalisées. Le vocabulaire est recherché ; j’ai donc consulté un dictionnaire, pour être sûre de comprendre le sens du texte. C’est assez plaisant de voir autant de travail de recherche. Les dialogues sont réfléchis et donnent beaucoup de profondeur au personnage principal, ainsi qu’aux différents protagonistes rencontrés au cours des aventures.
J’ai bien aimé me plonger dans cet univers.


Sorceleur, Tome 2 : L’épée de la providence

Résumé : Geralt de Riv, le mutant aux cheveux d’albâtre, n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres légendaires.
Fidèle aux règles de la corporation maudite des sorceleurs et à l’enseignement qui lui a été prodigué, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir.
Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir devant la mort pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?

Le tome 2 reste dans la continuité du tome 1.
L’auteur y détaille essentiellement l’univers spécifique dans lequel Geralt évolue. Il approfondit également les particularités de ce personnage.
Et on découvre enfin Ciri.
Malheureusement, une immersion complète est difficile ; et il faut attendre le tome suivant pour connaître la suite des aventures.


Sorceleur, Tome 3 : Le sang des elfes

Résumé : Le royaume de Cintra a été entièrement détruit. Seule la petite princesse Ciri a survécu. Alors qu’elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv. Pressentant chez l’enfant des dons exceptionnels, il la conduit à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle bien vite sa véritable nature et l’ampleur de ses pouvoirs. Mais la princesse est en danger. Un mystérieux sorcier est à sa recherche. Il est prêt à tout pour s’emparer d’elle et n’hésitera pas à menacer les amis du sorceleur pour arriver à ses fins…

Enfin on rentre dans le vif du sujet ! Fini les nouvelles, place à la véritable histoire de Geralt et de Ciri. Pour moi, son rôle est tout aussi important que celui du sorceleur. On sent que c’est le début de l’aventure et que tout se met en place à partir de maintenant. J’espère avoir plus de surprises et de péripéties palpitantes en continuant la lecture des tomes. Certains personnages verront-ils leur caractère se développer (Yennefer), Triss est une peu “fade”, et Jaskier semble en retrait. Nous allons enfin suivre l’apprentissage de Ciri. D’abord à Kaer Morhen, l’école des sorceleurs, puis à à Aretuza, sur l’île de Thanedd. C’est à ce moment là que Tissaia et Triss jouent un rôle plus important. Le personnage de Ciri va grandir et s’affirmer.



Sorceleur, Tome 4 : Le temps du mépris

Résumé : L’heure n’est plus à l’entente cordiale entre les rois et les magiciens. Dans le pays du sorceleur, quelque chose se trame, qui va tourner au drame. La jeune Ciri, élevée pour devenir sorceleuse, se retrouve au cœur des rivalités.
Qu’attend-on d’elle ? Quelle est sa destinée ? L’assemblée générale des magiciens dévoilera les intrigues et révélera les traîtres. Qu’adviendra-t-il de Ciri, objet de toutes les convoitises ? Geralt de Riv, désormais lié à cette enfant comme un père à sa fille, sera-t-il capable de la sauver ?

Je viens de finir ma lecture du tome 4 et je suis agréablement surprise. Tout d’abord, j’ai trouvé ce tome beaucoup plus intéressant que les précédents. Pourquoi ? Tout d’abord, la qualité de l’écriture c’est améliorée. L’histoire est très bien rythmée, alternant des moments de « repos » et des scènes de batailles qui nous tiennent en haleine. Le personnage de Ciri se développe et s’affirme encore ; elle devient clairement le sujet central du roman.
Nous sommes plongés au cœur des réunions du « Chapitre » (regroupement des magiciens et magiciennes les plus puissants). Une trahison se profile. Les enjeux politiques vont marquer un nouveau tournant dans la saga. J’ai particulièrement apprécié le chapitre 6, très bien réalisé.

Ce que j’ai moins aimé : trop de personnages différents (surtout du côté des magiciens). La relation entre Yennefer et Geralt reste trop confuse. J’aurai aimé plus d’émotion. Je reste persuadée que cette situation est volontaire ; le climat doit rester mystérieux.

L’histoire avance à un rythme soutenu. L’envie de plonger dans le tome 5 est forte !


Sorceleur, Tome 5 : Le baptême du feu

Résumé : La jeune Ciri a été enlevée et est contrainte d’épouser l’empereur de Nilfgaard. Geralt de Riv se rue à son secours sans une seconde d’hésitation, malgré ses blessures.
Dans son dangereux périple, il sera accompagné par Jaskier, son fidèle ami barde, et d’autres compagnons de fortune.
Ils ne seront pas de trop, car la guerre sévit de tous côtés, et les magiciennes rescapées tentent de sauvegarder l’avenir de la magie…

Nous allons suivre en parallèle les aventures de Ciri et de Geralt. Ce dernier, après avoir été blessé et soigné par les dryades de Brokilone, se met en route à la recherche de Ciri. Il sera accompagné de plusieurs personnes notamment de Jaskier, Cahir et Milva l’archère. J’ai beaucoup aimé cette dernière, car c’est une vraie guerrière, toujours très déterminée. Elle aura un rôle très important dans le groupe, qu’elle va aider et canaliser. Geralt est assez insupportable dans ce tome. Il veut que tout tourne autour de lui. Mais à part sauver Ciri, il ne sait dire rien d’autre. Aucun respect et aucune compassion pour ses amis qui lui restent pourtant fidèles, et vont l’aider dans sa quête personnelle. Le personnage de Régis est atypique. Je suis agréablement surprise de rencontrer un tel personnage. Les scènes de batailles sont toujours épiques et très bien retranscrites. Ce roman reste bien la lignée des précédents. Cependant, Geralt reste toujours à la recherche de Ciri du début à la fin du roman. Et cela est décevant


Sorceleur, Tome 6 : la Tour de l’Hirondelle

Résumé : Le sorceleur Geralt de Riv poursuit sa route vers le Sud, convaincu que Ciri s’apprète à épouser l’empereur de Nilfgaard. Ses fidèles compagnons, Jaskier le barde, Milva l’archère, Régis le vampire et Cahir le Nilfgaardien, font route avec lui.
Mais ce périple est long et dangereux, car de nombreux ennemis se dressent devant le sorceleur. Et tandis que les traîtres se dévoilent et que les complots éclatent, les doutes sur la véritable destinée de Ciri hantent tous les esprits. Surtout qu’elle est aux mains d’un monstrueux chasseur de primes…

Que de rebondissements ! Ce tome est le plus intéressant (je verrais si je change d’avis à la fin de la lecture du dernier volet). Nous allons principalement suivre Ciri. Elle va raconter son périple à Vysogota sous forme de flash-back très bien réalisés. Intéressant et bien construit. Le style de narration change apportant plus de rythme à la lecture. Jaskier s’impose, et il est toujours plaisant de retrouver ce personnage haut en couleurs. Sa façon de narrer est une immersion totale. La jeune magicienne va se retrouver prise en otage par le magicien Vilgfortz. Le dernier chapitre m’a littéralement subjuguée. Je n’en dirais pas plus pour ne pas dévoiler certains passages importants, mais ce tome est mon préféré de la saga.



Sorceleur, Tome 7 : La Dame du Lac

Résumé : Tandis que Yennefer est retenue prisonnière et que Geralt passe l’hiver en compagnie de la magicienne Fringilla aux charmants artifices, Ciri est projetée dans un monde parallèle en pénétrant dans la tour de l’Hirondelle. Désormais sous la coupe de l’elfe Avallac’h, elle ne peut espérer la liberté que si elle accepte de porter l’enfant du roi des Aulnes.
La jeune fille parviendra-t-elle à s’enfuir pour voler au secours de ses amis ?

Les protagonistes ont achevé leur évolution. Ciri, découverte enfant, devenue sorceleuse, puis magicienne est maintenant bien plus que cela. C’est LE personnage central de toute cette saga, même si  c’est de Geralt dont il est question (la faute au titre : le sorceleur ?).

Malheureusement, c’est le tome que j’ai le moins apprécié en terme d’écriture. Andrzej SAPKOWSKI narre le récit par l’intermédiaire de personnages peu développés, et introuvables par la suite. D’où un manque d’intérêt pour l’histoire et des protagonistes “superflus”. De plus, la première moitié ne présente que des longueurs.
Par contre, certains chapitres, comme le numéro neuf, par exemple, tiennent en haleine.

C’est avec une pointe d’émotion que je termine cette saga du “Sorceleur”. Même s’il me reste le livre supplémentaire “la saison des orages” à lire, il n’est qu’un complément, et non une suite à l’histoire de Ciri et de Géralt. Tout s’achève ici. J’ai adoré suivre ces deux héros ainsi que leurs compagnons dans leurs aventures.


Sorceleur : La saison des orages

Résumé : On a volé les fameuses épées du Sorceleur ! Et il en a plus que jamais besoin : une intrigue de palais se trame et le prince de Kerack a requis l’aide de Geralt. Mais ce dernier va devoir déjouer les manœuvres d’une belle et mystérieuse magicienne rousse avant de partir à la recherche de son voleur. Heureusement, son fidèle compagnon barde Jaskier lui sera d’un précieux secours, de même que son nouvel ami, le nain Addario, pour affronter les dangers qui l’attendent.

avis à venir


Mon avis sur la saga

Une suite centrée sur Ciri serait épatante !  C’est avec plaisir que je la retrouverai, dix ans plus tard, par exemple.

Une très bonne saga fantastique pour adultes ! Meurtre, trahison, sexe, drogue, alcool, racisme, enjeux politiques, tout y est. L’univers est riche, très travaillé et bien développé. 

Même si le dernier roman est moins bien réalisé que les précédents, je garderai très longtemps un excellent souvenir de cette épopée. Je relirai certainement les livres au moment de la sortie de la série sur Netflix. Une saga détaillée, à l’univers si riche, exige une seconde lecture pour trouver certains indices cachés. 


Quelques mots sur les collector des éditions Bragelonne

Tome 1 : Le Sorceleur les Origines (livre rouge) regroupant les livres : Le Dernier Vœu, L’épée de la Providence et La Saison des Orages, préface de Stéphane Marsan. Il explique comment il a découvert l’existence de cette saga et pourquoi il l’a ramenée en France.

Tome 2 : Le lionceau de Cintra (livre vert) contenant : Le sang des elfes, Le temps du mépris et Le baptême de feu. Une nouvelle inédite intitulée La route sans retour finalise le roman. Elle relate la rencontre des parents de Geralt. Cette partie de la vie du protagoniste est très importante et j’ai apprécié de la connaître.

Tome 3 : Ziréal (livre bleu) contenant : La tour de l’hirondelle et La dame du lac.

Des illustrations sont présentes dans les 3 ouvrages chacune tirée du jeu vidéo The Witcher ou de l’illustrateur Alejandro Colucci.

Chaque livre tourne autour des 800 pages et coûte 40€. Plus que des livres, se sont de vrais objets de décoration dans une bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *