Le manuscrit inachevé

Franck THILLIEZ

Résumé : Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d’une femme. A la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n’est pas le propriétaire du véhicule.
Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, « L’Inspirante », villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l’enlèvement de sa fille Sarah. L’agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre années écoulées.
Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d’autres se pose : vers qui, vers quoi se tourner, quand l’unique vérité est que tout vous devient étranger ?

Je suis un peu déçue de ce roman de Franck THILLIEZ. En ouvrant les premières pages je me suis dis : « chouette une préface pour bien rentrer dans l’histoire » ! Mon enthousiasme est très vite retombé. Cette préface ne sert qu’à excuser certaines erreurs de scénario, et c’est dalleurs préciser : « Il existe quelques points que nous n’avons pas réussi à résoudre dans la rédaction de cette fin, ou que nous avons dû imaginer. » Je me suis dis : « mince, ça commence mal ».

Les pages défilent. L’histoire se met en place. Les enquêteurs et les parents de Sarah entrent en jeu. Et enfin  Sarah, disparue, qui tient une place importante au sein du récit. Le rythme s’installe. Un ou deux chapitres sont consacrés à l’enquête policière, puis au ressenti maternel et parental.

Les deux principaux personnages, Léane et Vic, ne suscitent pas d’émotion particulière. Je venais de terminer la lecture du roman « entre deux mondes » d’Olivier NOREK dont l’histoire m’a tenue en haleine, et dont les héros me laissent un excellent souvenir. Dans ce livre-ci, RIEN.
La chute est exagérée et peu crédible. Le schéma est trop classique ; le “méchant qui relève tout”, c’est vu, et revu.

Beaucoup d’énigmes sont à résoudre. Après quelques recherches sur les réseaux sociaux, et la lecture de commentaires d’articles de blogs, j’ai constaté que chaque lecteur a sa propre compréhension de l’histoire. Comprendre la première phrase et deviner quelle personne meurt, sont  les seuls points communs. Malheureusement, certains événements restent vagues. Par exemple, ce que Léane a vu quand elle était plus jeune, Giodano, etc.

Même si le milieu du roman est bien réalisé, la chute, décevante et facile, gâche l’ensemble. Mon livre préféré restera « Vertige » dans les one-shot.

Pourquoi le propriétaire de cette voiture coupait-il les mains et ôtait-il les yeux ? Que faisait-il du visage? Était-il fétichiste ? Collectionneur ?

page 72
BrochéSortie en Mai 2018Fleuve noir528 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *