Silo

Hugh HOWEY

Si vous aimez les romans d’anticipation, la dystopie ou l’univers du post-apocalyptique, alors vous êtes au bon endroit.

Mon résumé :
Bienvenue en 2049 ! Une catastrophe oblige les habitant de notre planète à se réfugier dans d’immenses silos de 150 étages. A l’intérieur tout est contrôlé, hiérarchisé : l’alimentation, les naissances, les serres qui permettent de créer de la nourriture, les mines qui servent à produire de l’énergie et a créer des ressources, etc. Les niveaux inférieurs sont destinés aux personnes dont les revenus sont modestes, et les niveaux supérieurs, aux riches. La classe sociale détermine le lieu de vie. Au premier étage, il y a un écran géant, relié à des caméras, qui diffuse des images de l’extérieur. Un impératif. Lorsqu’une personne commet un délit, elle est envoyée à l’extérieur, dans une combinaison, dans le but de nettoyer les système de surveillance. Malheureusement, cette personne décède, contaminée par l’air, sous les yeux des personnes restées dans le silo.

Que ce passe-t-il réellement à l’extérieur ? Lorsque Juliette va mettre le nez dans des secrets, certains complots vont éclatés au grand jour, menaçant l’équilibre de la vie dans le silo.

TOME 1 – SILO : L’univers est très très bien décrit et approfondi. Les descriptions deviennent cohérentes sans être trop lourdes. Le côté silo, pris au piège, sous la terre, est un concept original. La hiérarchie règne, aussi bien dans les personnages, que dans les classes sociales, ou encore les étages. Un clin d’oeil à notre époque, peut-être ? De l’intrigue, du suspense, des alternances temporelles, le décor est planté dans sa totalité.

Le tunnel était ouvert sur les côtés, laissant apparaître le vert touffu des plantes, des légumes et des petits arbres qui poussaient parmi un treillis de tuyaux en plastique blanc.

page 88

TOME 2 – SILO ORIGINES : Une très bonne suite de cette saga de post-apocalyptique. Le lecteur est transporté dans un parcours aux époques différentes, s’achevant par l’extinction de la vie sur Terre. Obligation de se réfugier dans un silo. Les alternances temporelles tout comme les personnages rythment la lecture. Vite, le troisième tome, pour connaître la fin !

Le seule différence entre les gens du silo 12 et ceux du silo 13, c’est qu’il n’y aura pas de générations futures dans le silo 12. C’est tout. Tout le monde, dans tous les silos, finira par mourir. Nous mourrons tous, Saul. Même nous. Il se trouve qu’aujourd’hui c’était leur tour.

page 91

TOME 3 – SILO GENERATIONS : C’est avec plaisir (et aussi une pointe de tristesse) que j’ai terminé la saga silo avec ce dernier tome qui m’a beaucoup plus. Il s’enchaîne très bien avec les précédents, la lecture est fluide, les actions se succèdent à un rythme soutenu qui ne laisse que peu de place au repos. Je trouve le personnage de Juliette très équilibré, bien dans ses baskets, elle ne surjoue pas dans son rôle de maire non plus. J’ai adoré cet univers post apo et je suis un peu déçue de le laissé derrière moi. La fin laisse place à l’imagination et c’est juste génial ! Je suis contente que l’auteur Huges Howey n’ait pas fait 10 tomes autour de cette histoire, cela aurait été trop long et barbant. L’univers est très travaillé, les descriptions laissent place à l’imagination et à l’immersion du lecteur sans être trop lourdes. J’ai adoré suivre le personnage de Juliette dans son aventure. Scénario original et hyper intéressant, je recommande cette trilogie à tous les amateurs !

Ils nous ont déjà menacés, en nous disant qu’ils n’avaient qu’à appuyer sur un bouton pour nous liquide, et je crois qu’ils ont mis cette menace à exécution.

page 259
BrochéSortie 2013 (tome 1) puis 2014 (tomes 2 et 3)Editions actes Sud1538 pages (3 livres)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *