Il reste la poussière

Sandrine COLLETTE

Résumé : Patagonie. Dans la steppe balayée de vents glacés, un tout petit garçon est poursuivi par trois cavaliers. Rattrapé, lancé de l’un à l’autre dans une course folle, il est jeté dans un buisson d’épineux.
Cet enfant, c’est Rafael, et les bourreaux sont ses frères aînés. Leur mère ne dit rien, murée dans un silence hostile depuis cette terrible nuit où leur ivrogne de père l’a frappée une fois de trop. Elle mène ses fils et son élevage d’une main inflexible, écrasant ses garçons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien.
Dans ce monde qui meurt, où les petits élevages sont remplacés par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille?

Envie de dépaysement ? La Patagonie ? Pourquoi pas ? Sandrine Collette décrit très bien les lieux, les habitudes, les coutumes et le caractère atypique des familles locales. Malheureusement les personnages de ce roman sont détestables. Une mère, au passé douloureux, a un comportement odieux avec ses fils. Ces derniers sembles stupides et mal élevés. Tout ceci va à l’encontre des règles “normales” d’une famille aimante. De trop longs passages descriptifs, sans intérêt, alourdissent une ambiance déjà pesante. Ajouter une dose de haine gratuite, et un manque d’action, et le lecteur est en passe d’arrêter son récit. 

Sandrine a voulu retranscrire la vie d’une famille typique de Patagonie. Je n’ai malheureusement pas apprécié. Par contre « Noeuds d’acier » et « Juste après la vague » sont super !

Parfois elle se dit qu’elle aurait dû les noyer à la naissance, comme on le réserve aux chatons dont on ne veut pas ; mais voilà, il faut le faire tout de suite. Après, c’est trop tard.

PocheSortie en Février 2017Le Livre de Poche352 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *