Artémis

Andy WEIR

Résumé : Jasmine Bashara, dite Jazz, une jeune femme d’origine saoudienne, vit sur Artémis depuis l’âge de six ans. Elle connaît la cité lunaire comme sa poche : ses cinq bulles où se répartissent toutes les classes sociales, du plus riche au plus misérable, ses lois si particulières – et pas seulement gravitationnelles – et sa corruption. La vie sur Artémis est rude quand on n’est pas un riche touriste ou un milliardaire. Jazz rêve d’une vie meilleure, et son job de porteuse (elle livre à domicile les denrées légales et de contrebande importées de Terre) ne lui promet guère d’évolution. Une chose est sûre : elle ne compte pas dormir toute sa vie dans un « cercueil », ces couchettes ultra réduites où se serrent les pauvres.
Quand un de ses riches clients lui propose un job risqué, elle ne peut pas refuser : c’est un défi bien payé. Mais elle ne se doute pas qu’elle prend part à une conspiration politique dont le but est de renverser le pouvoir sur Artémis, et de prendre le contrôle des 2000 âmes qui vivent sur la Lune…

Le lecteur est perdu dans les détails techniques de ce roman. Les observations n’aident pas à comprendre l’histoire et l’univers. Il faut un minimum de précisions pour être crédible, mais dans ce récit, l’auteur a perdu la part de fiction. 

Il est très rare, pour moi, d’abandonner un livre en cours de lecture (page 123). Mais ce n’était plus possible. Je confirme l’avis de certains : trop de détails techniques ! Ce n’est pas un « mauvais » roman mais il est difficilement accessible.

Je le laisse de côté pour le moment. Un jour, je tenterai peut-être à nouveau cette lecture. 

Détail amusant : l’oxydation requiert de l’oxygène. Le briquet à pierre ne peut pas fonctionner dans le vide. Bien, bien. Pas de panique. La flamme d’un fer à souder est produite par de l’acétylène et beaucoup d’oxygène dans le mélange. Et puis j’actionnais le briquet juste devant la buse.

page 120
BrochéSortie en Janvier 2018Editions Bragelonne332 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans les forêts de Sibérie

10 février 2018