Promenez-vous dans les bois

Ruth WARE

Résumé :  » Objet : Enterrement de vie de jeune fille de Clare !!! « 
Clare… Voilà dix ans que Nora n’a plus prononcé ce prénom, soudainement apparu dans un mail collectif. Oubliée ? Non. Comment le pourrait-elle ? Elles étaient les meilleures amies du monde. Du moins jusqu’au lycée où… Pourquoi l’inviter une décennie plus tard à son enterrement de vie de jeune fille ? Mieux : pourquoi s’y rendre ?
Pourtant, Nora accepte. Direction : une grande maison de verre, perdue dans la forêt sombre du nord de l’Angleterre. Drôle d’endroit pour une fête entre copines. Est-ce vraiment une fête, d’ailleurs ? Personne ne semble se réjouir d’être là, entre jeux poussifs et aveux malsains. Car quelqu’un, parmi eux, a lancé un étrange  » Action ou Vérité « …
L’action ? Un meurtre. La vérité ? Un mensonge.

Après ma lecture de la quatrième de couverture, j’étais très intéressée par ce thriller promettant au scénario original : un enterrement de vie de jeune fille qui tourne mal je n’en avais jamais lu. Malheureusement, mes attentes n’ont pas été récompensées. Je m’attendais à une ambiance glauque, il m’a manqué de tension et aucune sueur froide à l’horizon (les chippendales m’ont manqués aussi) . A part boire de l’alcool et jouer aux devinette, les personnages ne font pas grand chose d’autres (ce qui manque cruellement de péripéties pour un enterrement de vie de jeune fille). L’ambiance retombe vite à cause des chamailleries, je pense qu’on aurait pu trouver une meilleur excuse pour mettre fin à la soirée. Les remords de leur vie de lycéennes polluent le récit.
Nora se réveille à l’hôpital et à partir de ce moment là l’enquête commence. A part des coïncidences et des traces de pas dans la neige il n’y a que peu d’éléments à se mettre sous la dents. Le coupable sera dévoilé au dernier moment. Les personnages sont peu approfondis et parfois même clichés ou cul-cul. Malgré l’usage de la première personne, je n’ai pas eu beaucoup d’empathie pour Nora à travers laquelle nous suivons le déroulé.
Je ne me suis pas imprégnée dans ce thriller qui manque d’approfondissement dans l’écriture ainsi que dans le déroulé. J’aurai aimé une ambiance plus travaillé autour du huis-clos, que personne ne sorte de cette maison, et que se soit aux personnages de trouver le coupable. Pas de policier, pas d’hôpital, juste une enquête entre eux, voir même qu’ils se retrouvent enfermés avec l’un d’eux comme tueur, bref, les solutions ne manquent pas !

Quelqu’un est bien mort.
Quelqu’un est mort.
Mais qui ?

Page 168
PocheSortie le 9 Février 2017Pocket416 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *